Empreintes éphémères

29 juil. 2021

Tout a une fin...






bécasseaux sanderling au Trou d'Enfer


L'île est désormais un souvenir!
Dur, dur le retour, mais je devrais repartir mi-septembre!
Point de chevaux dans le pré, la nature s'alanguit dans sa torpeur estivale.
Depuis longtemps je n'avais pas retrouvé un environnement aussi vert, une végétation si luxuriante! Me voilà à l'affût des couleurs et des sons offerts par la plaine forézienne.
La vie est paisible ici...

29 avr. 2021

En attendant demain #26







Hum...que nous réserve vraiment demain? Entre espoir et doute...

22 avr. 2021

En attendant demain #19






Ce qui me porte tous les matins...

18 avr. 2021

En attendant demain #16






Un jour, peut-être..."J'irai revoir ma Normandie"...

17 avr. 2021

En attendant demain #15







"Quand reverrai-je?....."
Nostalgie, nostalgie...

6 avr. 2021

En attendant demain #5








C'était à Noël....

31 déc. 2020

2021 versus 2020


Sans paroles... voeux.jpg, déc. 2020


28 nov. 2020

Les gens qu'on aime #21



J'ai bien aimé ce jeu, mais il a été stressant et puis je n'ai plus d'inspiration!

Pour finir en forme de pirouette:

Quelqu'un qui aime les animaux,
mais Qui aime aussi aider autrui
est Quelqu'un de très intelligent.
Quelqu'un qui n'a peur de rien
malgré Une vie compliquée et difficile est certes
Quelqu'un à propos de qui on devrait écrire un livre.
J'en connais certainement un ou une,
c'est peut-être Quelqu'un qui est un.e voisin.e,
c'est peut-être Quelqu'un avec qui j'ai passé du temps dans un chouette endroit,
peut-être Quelqu'un à qui j'ai enseigné quelque chose;
c'est sans doute Quelqu'un qui est mort et qui me manque…
en tout cas c'est Quelqu'un dont je ne me souviens plus du nom.

Tu as une remarque à faire, Lennon?
lennon_1.jpg, nov. 2020

Tu as raison, je suis feignante!

27 nov. 2020

Les gens qu'on aime #20



Quelqu’un qui avait les cheveux noirs


J'ai découvert Barbara en 1965, en même temps que Jacques Brel; Brassens, je l'écoutais depuis longtemps, mes parents possédant la plupart de ses disques.

Je connaissais ses chansons par cœur, je les chantais indéfiniment (lorsque j'étais seule car mon entourage m'a toujours dit et répété que je chantais faux, du coup je n'ai jamais osé m'inscrire à une chorale!)

Mes goûts en matière de chanson, qu'elle soit française ou étrangère n'ont jamais changé.
Je vibre toujours de la même façon aux accents de la "longue Dame brune".

Mais, ma préférée, parmi toutes ses chansons, qui a une valeur de symbole, c'est "Pierre".

26 nov. 2020

Les gens qu'on aime #19



Quelqu’un qu’on a aimé mais qui ne nous aimait pas en retour

Tout le monde y croyait autour de nous, gamins que nous étions!
Michel, je le connaissais depuis que j'étais toute petite, sa mère était une amie de très longue date de la mienne, leur amitié avait triomphé des années de guerre, de leur mariage à toutes deux, de l'arrivée des enfants. Huguette avait un garçon et une fille.
Les deux couples se voyaient chaque semaine, tantôt dans l'appartement de mes parents, tantôt dans la maison de fonction dont bénéficiait le mari d'Huguette, Jean, ingénieur chez Creusot-Loire, un des fleurons de l'industrie métallurgique à cette époque.
Les aléas d'une mutation les obligèrent à quitter Saint-Etienne pendant plusieurs années qu'ils passèrent à Dunkerque, puis ils revinrent à Firminy où Jean était monté en grade. Les deux familles se retrouvèrent comme si quelques mois seulement s'étaient écoulés. Nous les enfants, étions désormais au lycée et nous apprenions à nous redécouvrir.

Très vite une complicité s'installa entre Michel, leur fils, qui avait un an de plus que moi et qui aimait autant que moi les joutes verbales. Nous considérions alors sa sœur, de quelques années plus jeune, comme une gamine, et nous nous débrouillions toujours pour l'abandonner à ses jeux et nous éclipser pour faire une partie d'échecs ou bavarder, dans le bureau de leur père qui nous servait de refuge.
Je m'entendais très bien avec Huguette, je craignais davantage Jean, plus intimidant; tous les deux m'aimaient beaucoup et m'invitaient très souvent chez eux.
De visite en repas partagé, de week-end chez mes parents à la campagne en rencontre avec leurs amis communs, Michel et moi passions de plus en plus de temps ensemble.

Michel avait suivi le cycle des classes préparatoires, avait été admis au concours de l'École des Mines, suivant ainsi les traces de son père, j'étais admirative et très fière qu'il m'ait conservée dans son cercle d'amis.
Deux ans de suite - que personne ne rie, s'il vous plaît!- je fus conviée au traditionnel Bal de l'École des Mines, les demoiselles en robe longue, les jeunes gens en tenue militaire!
Les parents de Michel voyaient avec complaisance cette relation qui n'en n'était pas une: je ne crois pas qu'on ait abordé, une fois, Michel et moi des sujets qui nous tenaient à cœur en dehors de nos études et de goûts littéraires ou cinématographiques.
Sa mère surtout, me traitait de plus en plus ouvertement comme la belle-fille qu'elle aurait aimé avoir, son père m'accueillait aussi comme faisant partie de la famille, mes parents évoquaient parfois à demi-mot la relation qui semblait s'établir entre nous.

Alors, je me mis à y penser, à y croire et surtout à croire que j'étais amoureuse de lui: ne me réservait-il pas une place privilégiée ? dans une soirée, dansait-il avec une autre que moi? Lui connaissais-je d'autres amitiés féminines?
Progressivement je me coulais dans le moule que ses parents semblaient façonner pour moi. Michel s'appliquait à reproduire en tous points la personnalité de son père, il avait programmé sa vie sur le modèle paternel, un poste à responsabilités dans l'industrie, une épouse à la maison, des enfants élevés dans le même esprit.

Nous avions organisé une fête pour la fin de l'année universitaire et les vingt ans de certains d'entre nous, nous nous étions retrouvés dans la maison familiale que mes parents avaient mise à notre disposition. Michel ne me quitta guère de la soirée à laquelle participait, parmi mes amies, Claude, que je connaissais depuis le lycée, fille de colonel, élevée par une mère au service exclusif de son mari. Claude, très réservée, n'avait guère quitté sa chaise, ne se mêlant pas à la joyeuse exubérance du groupe que nous formions.


Les vacances arrivèrent, puis septembre et la rentrée à la fac. La petite bande retrouva ses habitudes et ses activités, cinéma, théâtre, joyeuses rencontres .
Michel épousa Claude au début de l'année suivante, elle arrêta ses études, s'appliqua à être bonne cuisinière, bonne maîtresse de maison et plus tard (car je gardais d'excellentes relations avec ses parents jusqu'à la fin de leur vie) mère dévouée à sa progéniture.

Mon amour-propre avait été mis à mal par cette aventure mais je m'en étais très vite remise. De sentiment véritable il n'y en avait jamais eu. En fait, je crois seulement que j'aimais bien cette idée de me croire amoureuse et de croire cet amour payé de retour.
Il m'était impossible de construire ma vie avec quelqu'un comme Michel, il était aux antipodes de tout ce en quoi je croyais! Et j'étais tout sauf conforme à l'idée qu'il se faisait de la femme idéale!

Mais...j'avais vingt ans!
Je me marierai presque dix ans plus tard!

akene.jpg, nov. 2020

25 nov. 2020

Les gens qu'on aime #18



Quelqu'un qu'on aurait dû écouter

avion.jpg, nov. 2020

J'ai commencé à travailler pendant mes études de Lettres, le soir et l'été - je l'ai déjà raconté- puis comme "maîtresse d'externat", c'était le terme consacré à l'époque pour désigner les surveillants. Il n'y avait pas de collège à ce moment-là et toutes les classes de la Sixième à la Terminale appartenaient au lycée.
J'entrai donc comme pionne dans un lycée stéphanois dont les locaux étaient répartis sur deux sites: l'un en plein centre ville, l'autre bien plus loin, dans un bâtiment qui abritait également la cantine. Mon rôle était d'accompagner les élèves du centre vers l'autre établissement où ils prenaient leur repas, de surveiller le temps de restauration, puis de les ramener.
Je n'eus pas longtemps à exercer ces fonctions, la directrice de l'établissement me convoqua début décembre pour me proposer le remplacement d'un professeur malade. De maîtresse d'externat, je fus promue à maîtresse auxiliaire! C'est ainsi que je fis mes premiers pas dans l'enseignement. A partir de là j'enchaînai les remplacements, dans le nord du département, à Roanne d'abord puis à Charlieu. Ces années d'apprentissage sur le tas furent déterminantes: j'eus d'abord la certitude que je ne m'étais pas trompée dans mon choix, j'expérimentai les avancées toutes neuves de 1968, je pouvais enfin mettre en pratique ma conception de l'enseignement et, forte de l'encouragement constitué par le fait que j'avais de bons retours des directeurs et collègues que je croisais, je m'y lançai à corps perdu.
C'est durant ces années que je soutins ma maîtrise, il me restait alors à affronter les concours pour devenir titulaire.

J'étais à Roanne, au Lycée Albert Thomas, où je remplaçais depuis novembre une professeure qui s'était tuée en voiture en rentrant d'un conseil de classe. Son mari enseignait dans le même établissement. Autant dire la difficulté des premiers jours, surtout qu'elle était adorée de ses élèves. Je crois que c'est le plus gros défi auquel j'ai été confrontée dans ma carrière. Ce fut une année dense et exaltante pendant laquelle je multipliais les activités avec les élèves.

J'eus droit alors à la terrible épreuve, pour tout débutant, de la visite de l'inspecteur. Nous n'étions pas prévenus bien sûr.
Au début d'un cours avec des élèves de Quatrième, la porte s'ouvrit brusquement et je vis entrer la directrice, accompagné d'un homme à l'air sévère qu'elle me présenta, ils allèrent s'installer au dernier rang, après avoir demandé quelques cahiers aux élèves.
Je m'étais d'abord sentie tétanisée. Puis j'avais tout oublié, le temps qu'il faisait dehors, les minutes qui venaient de s'écouler, les deux juges au fond de la classe. Le cours se déroula en dehors du temps comme si les élèves et moi étions en suspension à l'extérieur de toute réalité. Lorsque la cloche sonna la fin du cours, les élèves sortirent, ainsi que la directrice et je me retrouvai seule avec l'inspecteur.

Je n'ai pas oublié son nom, il s'appelait Monsieur Beaume. Il était accompagné d'une réputation de sévérité et d'exigence.
En fait de découvris un homme qui n'avait rien de hautain, qui écoutait autant qu'il parlait, qui n'avais perdu aucune minute du cours, avait remarqué les moindres détails de la réactivité des élèves, des échanges qui avaient ponctué la leçon. Je fus stupéfaite de découvrir qu'il avait apprécié ce qu'il avait vu et entendu et il ne me fit que quelques remarques constructives.(J'ai toujours gardé précieusement le rapport d'inspection qu'il avait rédigé).

A la fin de l'entretien, il me dit:" Vous êtes faite pour ce métier, à la fin de l'année, arrêtez les remplacements et consacrez-vous à la préparation du CAPES."
Je lui répondis que je ne pouvais pas m'interrompre, j'avais besoin de mes élèves, je voulais faire de la pédagogie avant tout. Il eut alors cette phrase: "Vous avez toute votre vie pour faire de la pédagogie, sachez être patiente."

Mais je n'étais pas capable de l'entendre alors, j'avais l'impression que, si je retournais à la pratique exclusive de mes études pour préparer les concours, je me couperais de tout ce qui faisait ma passion et le sens de mon travail.

Il avait raison Monsieur Beaume et j'aurais bien dû l'écouter! Mon entêtement me valut quelques années de galère, tributaire des nominations tardives, de l'incertitude générée chaque été par l'attente de l'hypothétique affectation, de la situation d'infériorité à laquelle condamnait le statut d'auxiliaire.
Heureusement je pus intégrer enfin le cours d'une carrière normale mais ce ne fut pas sans difficultés et mon parcours chaotique me colla longtemps à la peau!

bateau.jpg, nov. 2020

Les gens qu'on aime #16


C'est écrit, donc je publie...
Quelqu’un d’unique, original, ou un peu spécial

Dans le chemin Huron, sur mon île, j'habite au numéro 3, il habite au numéro 2, nos maisons sont juste séparées par le chemin.
Lorsque nous avons commencé à venir ici, en 1997, sa maison était occupée par des locataires, il était encore en activité et habitait en Normandie. Lorsqu'il a pris sa retraite, il est revenu sur l'île avec sa compagne. Nous avons vite sympathisé, mon mari et lui s'appréciaient énormément. Il a un caractère bien trempé, a un avis sur tout, s'enflamme vite dans la conversation.
C'est un original, marin dans l'âme, jaloux de sa solitude qu'il ne partageait qu'épisodiquement avec sa compagne de l'époque.

Jacques, c'est mon île, c'est le copain des rencontres festives et l'ami des mauvais jours , c'est la complicité, les discussions sans fin où nous nous écharpons de bon cœur car nous ne sommes jamais d'accord, c'est l'entr'aide, la main tendue.

jacques_1.jpg, nov. 2020

Un an environ après le décès de mon mari, il avait une nouvelle compagne, à l'occasion d'un séjour hivernal elle se tenait sur la réserve, un peu distante, puis m'a finalement avoué:
"Vous savez, il me parlait si souvent de vous. Quand au téléphone, il me disait - Ce soir, je dîne avec Annie - ....J'étais franchement jalouse, je me demandais ce que vous étiez pour lui…"
Je m'entends bien avec elle, maintenant, j'ai appris à la connaître et elle n'est plus jalouse!
Mais les moments les plus précieux que nous passons ensemble avec Jacques, c'est lorsqu'il est seul sur l'île et que nous nous rencontrons autour d'une bonne bouteille et que les heures s'égrènent au fil des échanges enflammés.

C'est Jacques qui m'a initiée à la pêche sur son bateau.
Il m'appelle au téléphone, "la mer est bonne, tu viens? " Nous nous retrouvons alors pour des moments privilégiés que nous passons le plus souvent en silence, savourant l'un et l'autre la liberté d'être en mer, la beauté qui nous est offerte.

jacques_3.jpg, nov. 2020

Quand ma fille aînée a fait sa connaissance, elle m'a dit: "Tu sais, Jacques, il me fait penser à Grand-Papa…" et c'est vrai qu'il a beaucoup de points communs avec mon père, je pense que cela compte pour beaucoup dans l'affection que j'ai pour lui.

jacques_0.jpg, nov. 2020

Heureusement qu'il ne lira jamais cela!

24 nov. 2020

Les gens qu'on aime #17



Oui je sais, il manque le #16, je l'ai écrit, publié et en pleine nuit je suis allée le mettre hors-ligne, difficile de parler de certaines personnes... je vais encore réfléchir avant de publier le billet!

Quelqu’un qui a eu des enfants

Beaucoup d'enfants! Dans une famille où il y en avait peu!
La cousine de ma mère était la fille unique de la sœur aînée de ma grand-mère.
Au début de la seconde guerre mondiale, ma grand-tante habitait le Chambon-sur-Lignon où elle était propriétaire d'une des maisons pour enfants fondées au début du siècle dans la foulée de "l'Œuvre des Enfants à la Montagne" créée par le pasteur Louis Comte. Aidée par sa fille, infirmière, elle dirigeait d'une poigne de fer la pension qui accueillait une trentaine d'enfants. Avant son mariage ma mère avait séjourné régulièrement au Chambon où elle aidait sa tante à la comptabilité. Le mari de M. C. était un homme cordial et entreprenant, à la plaisanterie facile, il adorait les enfants et ceux-ci le lui rendaient bien. Après leur mariage, mes parents continuèrent à monter régulièrement au Chambon; mon père aidait aux travaux d'amélioration de l'austère bâtisse, ma mère retrouvait avec plaisir les trois aînés de sa cousine.

le_chambon.jpg, nov. 2020

Le couple éleva sans faille leurs huit enfants, donnant à chacun une solide éducation. Il offrit à tous les moyens de suivre le chemin qu'ils avaient choisi, dans des domaines extrêmement différents.

Durant une dizaine d'années, je passerai régulièrement dimanches et petites vacances au Chambon chez ma grand' tante et je garderai longtemps la nostalgie de ces séjours en Haute-Loire où je me retrouvais, moi la fille unique, au cœur d'une joyeuse tribu disparate dans laquelle les adolescents initiaient les plus jeunes à leurs jeux. Je passais mes journées entre les pensionnaires et mes petits-cousins.
À leurs yeux j'étais craintive et maniérée, je pleurais vite et me faisais traiter de "chouineuse" par mes cousins qui n'avaient pas beaucoup d'indulgence pour la gamine de la ville peu hardie que j'étais. Et pourtant, j'étais inexplicablement attirée par la lumière dans laquelle dansaient ces feux-follets aux mollets égratignés, aux capes de laine noire, aux robes pratiques pour courir par les sentiers. Dans cet univers qui, à mes yeux naïfs, symbolisait la liberté absolue, ils avaient le droit de se salir, de laisser les chaussettes tirebouchonner sur les chevilles, d'avoir les joues barbouillées, les cheveux libres au vent. Mes cousines faisaient de la balançoire "plus haut, encore plus haut!", descendaient seules au village en marchant sur la grand' route, se juchaient sur les murs pour y lire, tranquilles, couraient dans les escaliers…
Et , toujours, je revenais au Chambon avec la même envie et le même enthousiasme.

22 nov. 2020

Les gens qu'on aime #15



Quelqu’un qu’on n’a fréquenté que peu de temps...mais qui a beaucoup compté pour nous


Finalement je ne l'ai "fréquentée" que le temps d'une année scolaire, mais son influence a été si grande, elle a tellement compté pour moi que j'ai l'impression qu'elle a accompagné tout ma vie!

C'était l'année scolaire 1964/1965, je venais d'entrer en Terminale Philo dans la terminologie de l'époque. Nous étions quarante deux élèves, toutes des filles bien sûr, il n'y avait pas encore de mixité dans le Secondaire. Je revois cette salle de classe lumineuse dans laquelle il avait fallu rajouter des chaises, certaines élèves étaient assises sur l'estrade et écrivaient sur leurs genoux, faute de place.
J'avais été soulagée lorsque j'avais appris que je n'aurais pas comme prof celle qui enseignait depuis très longtemps dans l'établissement, était célèbre pour sa participation à la Résistance mais redoutée de toutes à cause de sa sévérité.
Celle qui avait été assignée à notre classe était jeune, c'était son premier poste, Huguette Bouchardeau avait déjà acquis une aura particulière, elle faisait l'unanimité auprès des élèves mais suscitait la méfiance chez les parents. Nous ignorions alors que plus tard, elle deviendrait ministre!

Nous étions toutes à des degrés divers le produit d'un système éducatif rigoureux et traditionnel, quand il n'était pas fortement imprégné de religion. J'avais, pour ma part, la chance d'avoir des parents beaucoup plus larges d'esprit que ceux de la plupart de mes camarades. Il n'en restait pas moins que, comme elles, j'étais extrêmement ignorante des réalités de la vie. A cela s'ajoutait le fait que nous étions relativement nombreuses à être de deux ans plus jeunes que les élèves d'aujourd'hui, ainsi j'étais entrée en classe de Terminale à l'âge de seize ans. Il y a une explication toute simple à cela: l'école maternelle n'existait pas aussi on entrait en classe de 11ème (l'équivalent de notre CP) dès l'âge de cinq ans si l'on savait lire.

Très jeunes, naïves, sans expérience aucune, n'ayant jamais eu à penser par nous mêmes, nous nous retrouvions face à une jeune femme passionnée, extrêmement intelligente, engagée politiquement et qui commença par nous proposer une série d'exposés qui nous confrontaient à des problématiques dont nous ignorions tout.

C'est ainsi que, au soir de ce premier jour de classe, je rentrais chez moi en annonçant à mes parents que j'avais un exposé à préparer sur la contraception et le planning familial!
Jamais elle n'ironisait sur notre candeur, elle était attentive à toute remarque, à toute question, son enseignement était lumineux. Je découvris pêle-mêle Platon, la maïeutique, Paul Klee, Kafka, l'existentialisme, Simone de Beauvoir. J'étais une véritable éponge. La philo fut une révélation pour moi mais au-delà, je découvris que je pouvais penser par moi-même, et que ce que je pensais pouvait être entendu et crédible.

Huguette Bouchardeau animait le club-théâtre du lycée ouvert aux élèves de Première et de Terminales. Après beaucoup d'hésitations j'avais enfin osé m'y inscrire. J'assistais tous les ans à la représentation de fin d'année mais c'était pour moi un cénacle qui me semblait inaccessible.
Elle nous proposa de travailler sur Boris Vian et de préparer un spectacle qui comporterait en première partie sa pièce "Les Bâtisseurs d'Empire" et en seconde partie la mise en jeu de ses poèmes. C'est à moi que revint la mise en scène de la pièce.
Comme chaque année se posa le problème des rôles masculins, elle contournait habituellement le problème en choisissant des pièces comportant une large majorité de personnages féminins mais cette fois-ci cela paraissait inconcevable. Elle entreprit alors de faire le siège de la Directrice du Lycée pour obtenir que des élèves soigneusement choisis par le Proviseur du lycée de garçons Claude Fauriel puissent participer au projet. Elle obtint satisfaction à la condition expresse que les répétitions n'aient pas lieu au lycée. Pas question de faire entrer les loups dans la bergerie! Et que diraient les parents?

Alors pendant un an, tous les vendredis après le dernier cours, je montais sur la colline de la Vivaraize où elle habitait et nous y retrouvions les garçons de Fauriel. Les répétitions se passaient dans son garage, son mari mettait la main à la pâte pour les décors et nous étions éblouies d'être ainsi immergées dans son univers familial intime. A huit heures et demie le soir je redescendais savourant cette parenthèse magique.
Le spectacle fut donné deux soirs de suite au mois de mai dans une salle de la ville et nous eûmes les honneurs du journal. De cette expérience naîtra mon amour du théâtre. Pendant toute ma carrière je ferai du théâtre avec mes élèves, essayant toujours de faire jaillir de cette expérience partagée des étincelles de créativité, l'oubli des regards critiques, l'acceptation de son corps et l'envie de se dépasser.

Durant cette année de terminale, j'eus vraiment la sensation de naître à moi-même, de commencer à exister pour ce que je pensais, ce en quoi je croyais et ce sentiment ne me quitta jamais, c'est son enseignement qui m'apprit véritablement à avoir confiance en moi.
L'été elle proposait aux élèves qui le désiraient de venir avec elle passer un mois dans un kibboutz en Israël: cela me paraissait un rêve absolu, la porte ouverte sur la vie pour nous qui allions quitter le lycée. La réponse de mes parents fut sans appel et je ressentis une amère jalousie à l'égard du petit groupe privilégié(bien peu de parents donnait la fameuse autorisation!) qui allait vivre cette aventure.

En 1970 elle quitta le lycée et devint assistante puis maître de conférence à Lyon, en Sciences de l'Éducation, elle y resta jusqu'en 1983. En 81 ou 82 je m'inscrivis pour suivre en auditrice libre une série de cours. C'est là que je la retrouvai et le plus beau cadeau qu'elle me fit fut de se souvenir de moi et de cette année-là! Nous nous rencontrâmes plusieurs fois autour d'un café ou d'un verre après les cours. Elle n'avait rien perdu de ses convictions et de son enthousiasme.

Huguette_Bouchardeau_200x240.jpg, nov. 2020

21 nov. 2020

Pause


#les gens qu'on aime

C'est épuisant ce jeu...
Je m'aperçois que les gens auxquels je pense spontanément à partir de la consigne appartiennent à mon passé, parfois très lointain! Peut-être ai-je du mal à parler de personnes plus proches dans le temps, mais cela tient plus certainement à ma manière de vivre actuelle: si ma sphère "sociale" est vaste du fait de mes activités, les gens que je fréquente véritablement et dont je pourrais parler de façon approfondie sont très peu nombreux. En dehors de mes relations familiales proches, je vis de façon très solitaire et je m'en accommode plutôt bien!

Avant la maladie de mon homme nous avions une vie professionnelle, sociale et conviviale intense, mais petit à petit nous avons restreint volontairement le cercle et durant les quatre dernières années, lorsque nous avons déménagé pour le Forez, nous avons limité nos relations à nos enfants essentiellement.
Je n'avais pas envie du regard des autres, ni de leur compassion. Ils sont très peu nombreux à avoir vraiment partagé cette période et ils constituent aujourd'hui la seule poignée d'amis qui comptent véritablement pour moi.

A présent que j'ai petit à petit reconquis mon espace, que j'ai redonné un sens à ce que je fais, je vois de nouveau beaucoup de gens, j'ai la réputation de quelqu'un de très sociable et hyperactive mais il existe une frontière infranchissable entre la vie que je mène une fois la porte de ma maison fermée et la tanière que je retrouve au bout de mon chemin, la journée finie.

Alors j'aime bien ce jeu d'écriture dans lequel je me suis laissée entrainer, mais forcément il me ramène toujours à la vie d'avant et l'item de la consigne "les gens qu'on aime" se conjugue la plupart du temps au passé.
J'ai presque épuisé les consignes qui me parlent vraiment alors je vais peut-être maintenant créer les miennes...


cerf_volant.jpg, nov. 2020

- page 1 de 2