Mot-clé - lieux

Fil des billets

04/18/2021

En attendant demain #16






Un jour, peut-être..."J'irai revoir ma Normandie"...

11/24/2020

Les gens qu'on aime #17



Oui je sais, il manque le #16, je l'ai écrit, publié et en pleine nuit je suis allée le mettre hors-ligne, difficile de parler de certaines personnes... je vais encore réfléchir avant de publier le billet!

Quelqu’un qui a eu des enfants

Beaucoup d'enfants! Dans une famille où il y en avait peu!
La cousine de ma mère était la fille unique de la sœur aînée de ma grand-mère.
Au début de la seconde guerre mondiale, ma grand-tante habitait le Chambon-sur-Lignon où elle était propriétaire d'une des maisons pour enfants fondées au début du siècle dans la foulée de "l'Œuvre des Enfants à la Montagne" créée par le pasteur Louis Comte. Aidée par sa fille, infirmière, elle dirigeait d'une poigne de fer la pension qui accueillait une trentaine d'enfants. Avant son mariage ma mère avait séjourné régulièrement au Chambon où elle aidait sa tante à la comptabilité. Le mari de M. C. était un homme cordial et entreprenant, à la plaisanterie facile, il adorait les enfants et ceux-ci le lui rendaient bien. Après leur mariage, mes parents continuèrent à monter régulièrement au Chambon; mon père aidait aux travaux d'amélioration de l'austère bâtisse, ma mère retrouvait avec plaisir les trois aînés de sa cousine.

le_chambon.jpg, nov. 2020

Le couple éleva sans faille leurs huit enfants, donnant à chacun une solide éducation. Il offrit à tous les moyens de suivre le chemin qu'ils avaient choisi, dans des domaines extrêmement différents.

Durant une dizaine d'années, je passerai régulièrement dimanches et petites vacances au Chambon chez ma grand' tante et je garderai longtemps la nostalgie de ces séjours en Haute-Loire où je me retrouvais, moi la fille unique, au cœur d'une joyeuse tribu disparate dans laquelle les adolescents initiaient les plus jeunes à leurs jeux. Je passais mes journées entre les pensionnaires et mes petits-cousins.
À leurs yeux j'étais craintive et maniérée, je pleurais vite et me faisais traiter de "chouineuse" par mes cousins qui n'avaient pas beaucoup d'indulgence pour la gamine de la ville peu hardie que j'étais. Et pourtant, j'étais inexplicablement attirée par la lumière dans laquelle dansaient ces feux-follets aux mollets égratignés, aux capes de laine noire, aux robes pratiques pour courir par les sentiers. Dans cet univers qui, à mes yeux naïfs, symbolisait la liberté absolue, ils avaient le droit de se salir, de laisser les chaussettes tirebouchonner sur les chevilles, d'avoir les joues barbouillées, les cheveux libres au vent. Mes cousines faisaient de la balançoire "plus haut, encore plus haut!", descendaient seules au village en marchant sur la grand' route, se juchaient sur les murs pour y lire, tranquilles, couraient dans les escaliers…
Et , toujours, je revenais au Chambon avec la même envie et le même enthousiasme.

09/17/2020

Quand l'île retrouve peu à peu son calme...



cabornons_lameule.jpg, sept. 2020


La Meule, 16/09/2020

09/16/2020

Arrière-saison

Me voilà sur l'île, école buissonnière de deux semaines pour échapper à un emploi du temps trop chargé...
C'est le bon moment pour préparer l'hivernage de la maison, le temps devrait rester relativement clément et je pourrai tout ranger à l'abri de l'humidité.


meule.jpg, sept. 2020


Douceur de l'arrière-saison au port de la Meule...

08/01/2020

En mode estival...

A partir du 12 juillet j'ai dû délaisser mon blog récemment retrouvé, une tribu (dûment protégée) chassant l'autre (dûment protégée).
Me voilà revenue sur mes terres foréziennes encaniculées avec une provision d'images islaises.


marmite.jpg, août 2020


La Marmite brave toujours les vents au-dessus de l'anse des Broches à la pointe ouest de l'île.
Elle résume l'esprit islais:
le cabornon qui permet d'avoir les pieds dans l'eau le dimanche,
l'esprit de récup', ici une ancienne cabine de bateau
le goût pour la chasse (eh oui, regardez bien la girouette)...

07/02/2020

Suède 2019 #11



stockholm.jpg, mai 2020


J'ai achevé mon périple suédois par Stockholm dont j'ai aimé Gamla Stan, île sur laquelle est édifiée la vieille ville (Gamla en suédois). Étonnant ensemble architectural qui mêle les inspirations colorées rappelant les Pays Bas aux lignes sévères que l'on retrouve à Göteborg ou Uppsala.
Après l'éblouissement provoqué par le Bohuslan d'abord, puis la sérénité de la Dalécarlie et l'immersion dans une nature préservée, Stockholm m'a laissée plutôt indifférente mais je ne pouvais tout de même pas faire l'impasse sur la capitale!

06/26/2020

Suède 2019 #10


sundborn_4.jpg, juin 2020


Sundborn, à côté de la ville de Falun, au sud est de la Dalécarlie, là où se trouve la maison du peintre Carl Larsson, ami de Monet, qui a séjourné aux bords de l'Oise...
les alentours de sa maison évoquent beaucoup l'atmosphère impressionniste! Il est surtout célèbre pour ses illustrations qui témoignent de la vie et des intérieurs suédois à la fin du XIXème


sundborn_6.jpg, juin 2020


sundborn_8.jpg, juin 2020


06/16/2020

Suède 2019 #9


main_cailloux.jpg, mai 2020


En Dalécarlie j'ai visité de nombreuses églises souvent très surprenantes et leur cimetière attenant.
Il est difficile de se retrouver dans les différentes branches de la communauté religieuse suédoise et je ne me risquerai pas à expliquer les formes très variées des manifestations cultuelles!
Finalement, seule compte l'impression générale qui se dégage de ces lieux extrêmement calmes, nichés au cœur de clairières ou implantés sur des collines dominant un lac.
Des églises blanches, à la fois dehors et dedans, à côté desquelles se dresse toujours une tour en bois sombre ou rouge, sorte de clocher d'où partait autrefois l'alerte au feu. Des cimetières parfaitement entretenus, ombragés et fleuris (beaucoup de lilas), des pierres plantées au ras de l'herbe, des hommages surprenants parfois.


rattvik1.jpg, juin 2020

le cimetière et l'église de Rättvik

vika_6.jpg, juin 2020
la "tour de feu" de Vika

06/12/2020

Suède 2019 #6


rattvik.jpg, juin 2020


Rättvik, la ville principale de Dalécarlie, au bord du lac Siljan.
J'ai aimé la légèreté de cette sculpture au centre de la fontaine, à l'entrée de la ville.
A Rättvik les maisons sont d'un brun profond...

06/10/2020

Suède 2019 #5


dalecarlie.jpg, mai 2020


J'ai quitté le Bohuslan pour traverser le pays d'Ouest en Est, un trajet de 700 km, interminable car effectué sous une pluie battante qui ne m'a pas laissé le loisir de profiter des lieux traversés. Au terme de cet itinéraire transversal, j'ai pris la route du nord jusqu'à la Dalécarlie, mon deuxième objectif.
La Suède "profonde"...Lacs, églises, petits village comme celui de la photo perdus au milieu des forêts et des collines, la découverte d'une autre manière de vivre. J'étais logée dans un B & B ce qui m'a permis de faire de belles rencontres et d'assouvir ma curiosité!.

rattvik_2.jpg, juin 2020

le cheval, symbole de la Dalécarlie...

06/08/2020

Tanum...

Je ne peux pas résister à l'envie de montrer d'autres images de ce site d'histoire à ciel ouvert!


tanum_1.jpg, juin 2020


tanum_2.jpg, juin 2020

tanum_3.jpg, juin 2020

Celle-ci, c'est "l'homme de Tanum", à la taille impressionnante, gravé sur une immense pierre dans une clairière. C'est sans doute la plus récente (si l'on peut dire!") des gravures.

06/07/2020

Suède 2019 #4


tanum_5.jpg, mai 2020
En quittant le Bohuslan, je suis montée le long de la côte Ouest jusqu'à Tanum, un site archéologique extraordinaire, proche de la frontière norvégienne. En plein air on découvre des dalles de granite couvertes de gravures rupestres représentant des scènes de chasse, des embarcations, des personnages et animaux datant de l'âge du bronze (entre 1800 et 500 avant J.C.), certaines sans doute un peu plus récentes (- 300). Les archéologues les ont soulignées d'une peinture rouge à base de cuivre afin de les rendre plus lisibles.
Ces gravures sont au nombre de 10 000 environ sur l'ensemble du site.

06/04/2020

Suède 2019#3

bohuslan_7.jpg, mai 2020




Dans le Bohuslan, toujours. L'un des nombreux fjords. Ici leur particularité : ils n'ont que très peu de falaises mais s'enfoncent très loin dans les terres avec de multiples bras. Des petites routes aux détours infinis permettent de les rejoindre. Des milliers d'oiseaux, un calme impressionnant. J'ai été particulièrement sensible à la sérénité qui s'en dégage.

06/03/2020

Suède 2019 #2

kungshamm_6.jpg, mai 2020


Le port de Kungshamm dans le Bohuslan

06/01/2020

Suède 2019 #1

bohuslan_0.jpg, mai 2020

Dans l'archipel du Bohuslan sur la côte Ouest, le contraste entre le rouge profond des maison et le bleu intense de l'eau. L'éblouissement après la pluie continue qui m'avait accompagnée depuis Göteborg...

05/30/2020

Nostalgie

Il y a tout juste un an, j'étais en Suède...
Un itinéraire soigneusement préparé: je savais exactement où je voulais aller et ce que je voulais voir.
Je suis arrivée à l'aéroport de Göteborg, j'ai récupéré la voiture que j'avais louée (qui était équipée d'un excellent GPS heureusement!!!!), j'ai pris l'avion du retour dix jours plus tard à l'aéroport de Stockholm.

voiture.jpg, mai 2020
Ma p'tite voiture et moi avons parcouru près de 1500 kilomètres, faisant étape dans les "bed and breakfast", gîtes, parfois hôtels que j'avais réservés.
J'avais acheté par Internet les billets pour les expositions que je ne voulais pas manquer. De janvier à mai, j'avais activement révisé mon anglais...

Je suis revenue éblouie.

cheval.jpg, mai 2020

Si je devais, aujourd'hui, choisir de montrer douze photos emblématiques de ce voyage, lesquelles retenir?

Allez c'est parti!
dale_3.jpg, mai 2020


09/19/2018

Grès rouge

collonge_0.jpg


collonge_2.jpg


Clichés pris à Collonges-la-Rouge (Corrèze) le 07 septembre 2018

09/18/2018

Traces cisterciennes

aubazine_4.jpg
aubazine_7.jpg
aubazine_8.jpg
aubazine_6.jpg
aubazine_5.jpg


le pavement du logement des moines et l'escalier qui mène directement à l'église, abbaye d'Aubazine clichés pris le 06/09/2018

09/17/2018

Numéro 5

chanel.jpg



Je n'ai jamais été une fanatique du Numéro 5 de Chanel, trop capiteux à mon goût, mais au détour de la visite du monastère d'Aubazine, j'ai appris qu'à l'époque où il avait été reconverti en orphelinat, il avait accueilli celle qui allait devenir Coco Chanel et que la signification du sigle de la maison Chanel se trouvait dans le motif des vitraux cisterciens, vitraux dits "grisés" car ne recevant aucune couleur ni motif figuratif. Les vitraux d'Aubazine représentent les entrelacs qui ont inspiré Coco Chanel!

Harmonie sistercienne

aubazine_1.jpg


aubazine_3.jpg


Aubazine, le 06/09/2018

- page 1 de 3